Aller au contenu principal

Ensemble avec des femmes engagées – ensemble pour un monde meilleur – journée pour tous 16 mars 2019

 

 

Cet été Taizé, vous

Viens vivre une semaine exceptionnelle en communauté, rythmée par la rencontre de l’autre, de soi-même et de Dieu! Lien vers un film de présentation (15mn) des rencontres de jeunesse à Taizé.

Où? à Taizé en France
Quand? du 7 au 14 juillet 2019
Qui? jeunes dès 15 ans révolus
Prix? environ Fr. 200.-

Voyage en car et hébergement sous tente.

Organisation Nathalie Leuba et Jérôme Ummel

Inscription et renseignements: Jerome.Ummel[at]eren.ch

http://www.taize.fr

Jour à part, vie à partager – prédication des 12 et 13 janvier 2019

Cultes présidés par Séverine Schlüter, le 12 janvier au temple de Môtiers et le 13 janvier au temple de La Côte-aux-Fées.

créationmichelangemains

Pour télécharger le texte en format pdf, cliquez ici

Lectures bibliques : 

 

Prédication

«Dieu, après avoir achevé son œuvre, se reposa le septième jour de tout son travail». Voilà comment le livre de la Genèse conclut son récit évoquant la Création de la terre, et de tout ce qui y vit.

Le cycle de la création ne s’arrête pas une fois l’œuvre de Dieu achevée… mais seulement après qu’il ait pris le temps du repos !

Dieu décide de se retirer.
Premièrement en se reposant de son œuvre. Comme s’il avait besoin de prendre un temps de recul, pour considérer ce qu’il a fait, mesurer le travail accompli, l’apprécier à sa juste valeur. Il est dit à plusieurs reprises dans le récit que Dieu regarde sa Création, et se réjouit de ce qu’il voit.
Il se retire aussi dans le sens qu’il laisse sa place à l’homme : il lui confie la garde de sa Création. En quelque sorte, il se repose sur lui !

Non seulement Dieu s’accorde ce temps, mais il bénit et consacre ce 7ème jour. Il en fait un moment spécial, à part. Comme un rappel que cette respiration fait partie de ce qu’il a voulu.

Dans l’histoire de l’Exode, on apprend que ce mot d’ordre sera repris dans les 10 commandements, qui seront à la base des règles de vie des Israélites.

« N’oublie jamais de me consacrer le jour du sabbat.
Tu as six jours pour travailler et faire tout ton ouvrage.
Le septième jour, c’est le sabbat qui m’est réservé, à moi, le Seigneur ton Dieu…»
(Exode 20, 8-10a)

Jésus, comme les autres juifs de son époque, se rend donc ce samedi-là à la synagogue. Là, il est ému par un homme à la main paralysée, et le guérit…
provoquant ainsi la colère des maîtres de la loi et des Pharisiens présents.
Lire la suite…

Luc 6, 6-13 – tourner la loi vers la vie

2ème lecture des cultes des samedi 12 janvier 2019 à Môtiers et dimanche 13 janvier 2019 à La Côte-aux-Fées.

6 – 6 Un autre jour de sabbat, Jésus entra dans la synagogue et se mit à enseigner. Il y avait là un homme dont la main droite était paralysée. 7 Les maîtres de la loi et les Pharisiens observaient attentivement Jésus pour voir s’il allait guérir quelqu’un le jour du sabbat, car ils voulaient avoir une raison de l’accuser. 8 Mais Jésus connaissait leurs pensées.

mainparalysee

Il dit alors à l’homme dont la main était paralysée : « Lève-toi et tiens-toi là, devant tout le monde. » L’homme se leva et se tint là. 9 Puis Jésus leur dit : « Je vous le demande : Que permet notre loi ? de faire du bien le jour du sabbat ou de faire du mal ? de sauver la vie d’un être humain ou de la détruire ? »

10 Il les regarda tous et dit ensuite à l’homme : « Avance ta main. »

Il le fit et sa main redevint saine. 11 Mais les maîtres de la loi et les Pharisiens furent remplis de fureur et se mirent à discuter entre eux sur ce qu’ils pourraient faire à Jésus.

12 En ce temps-là, Jésus monta sur une colline pour prier et y passa toute la nuit à prier Dieu. 13 Quand le jour parut, il appela ses disciples et en choisit douze qu’il nomma apôtres.

Luc 6, 6-13, traduction selon la Bible en français courant

Genèse 1, 26 à 2, 3 – Création, réjouissance et repos

1ère lecture des cultes des samedi 12 janvier 2019 à Môtiers et dimanche 13 janvier 2019 à La Côte-aux-Fées.

1 – 26 Dieu dit enfin : « Faisons les êtres humains ; qu’ils soient comme une image de nous, une image vraiment ressemblante ! Qu’ils soient les maîtres des poissons dans la mer, des oiseaux dans le ciel et sur la terre, des gros animaux et des petites bêtes qui se meuvent au ras du sol ! »

27 Dieu créa les êtres humains comme une image de lui-même ; il les créa homme et femme.

28 Puis il les bénit en leur disant : « Ayez des enfants, devenez nombreux, peuplez toute la terre et dominez-la ; soyez les maîtres des poissons dans la mer, des oiseaux dans le ciel et de tous les animaux qui se meuvent sur la terre. » 29 Et il ajouta : « Sur toute la surface de la terre, je vous donne les plantes produisant des graines et les arbres qui portent des fruits avec pépins ou noyaux. Leurs graines ou leurs fruits vous serviront de nourriture. 30 De même, je donne l’herbe verte comme nourriture à tous les animaux terrestres, à tous les oiseaux, à toutes les bêtes qui se meuvent au ras du sol, bref à tout ce qui vit. » Et cela se réalisa.

terremain31 Dieu constata que tout ce qu’il avait fait était une très bonne chose. Le soir vint, puis le matin ; ce fut la sixième journée.

2 – 1 Ainsi furent achevés le ciel, la terre et tout ce qu’ils contiennent. 2 Dieu, après avoir achevé son œuvre, se reposa le septième jour de tout son travail. 3 Il fit de ce septième jour un jour béni, un jour qui lui est réservé, car il s’y reposa de tout son travail de Créateur.

Genèse 1. 2 à 2. 3, traduction selon la Bible en français courant

Des yeux d’Epiphanie

Culte du dimanche 6 janvier 2019 à Couvet

Hymne pour l’Epiphanie – antiphoné    (dames – messieurs – ensemble)

Lien pour lire l’Hymne en pdf

Dans l’ombre d’une étable où dormait un enfant sous les yeux de sa mère, le ciel a visité la terre.   Il n’est de vent, il n’est de mort qui puisse éteindre sa lumière.

    Un soir, sous les étoiles, quand veillaient dans les champs des bergers solitaires, la gloire a visité la terre.   Il n’est de jour, il n’est de nuit qui ne reflète sa lumière.

Au temps du roi Hérode, dont le sceptre pesait tout son poids de misère, l’amour a visité la terre.   Il n’est d’épée, il n’est d’armée qui sache vaincre sa lumière.

Très loin, au bout du monde, où trois sages scrutaient d’insondables mystères, le Verbe a visité la terre.   Il n’est de lieu, il n’est de creux où ne parvienne sa lumière.

                                           Frère Pierre-Yves, Taizé

Letures bibliques: Psaume 72 (extraits); Matthieu 2,1-12

Lien pour lire les lectures bibliques en pdf

Lecture du Psaume 72,1-2,7-8,10-13

O Dieu, donne au roi d’être aussi juste que toi, donne à notre roi ton sens de la justice. Qu’il juge ton peuple avec justice, et les malheureux selon ta loi ! Que la justice s’étende tant qu’il gouvernera, que la richesse déborde tant que la lune brillera ! Qu’il gouverne de la mer Morte à la Méditerranée, depuis le fleuve Euphrate jusqu’au bout du monde ! Les rois de Tarsis et des îles lointaines lui apporteront des cadeaux, les rois de Saba et de Séba lui paieront l’impôt. Tous les rois se mettront à genoux devant lui, tous les peuples le serviront. Oui, le roi délivrera le pauvre qui appelle et le malheureux sans appui. Il aura pitié du faible et du pauvre, il leur sauvera la vie.

Lecture dans l’Evangile selon Matthieu 2,1-12

Jésus naît à Bethléem, en Judée, au moment où Hérode le Grand est roi. Alors, des sages viennent de l’est et arrivent à Jérusalem. Ils demandent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile se lever à l’est, et nous sommes venus l’adorer. »

Quand le roi Hérode apprend cela, il est troublé, et tous les habitants de Jérusalem aussi. Le roi réunit tous les chefs des prêtres de son peuple avec les maîtres de la loi. Il leur demande : « À quel endroit est-ce que le Messie doit naître ? » Ils lui répondent : « Le Messie doit naître à Bethléem, en Judée. En effet, le prophète a écrit : “Et toi, Bethléem, du pays de Juda, tu n’es sûrement pas la moins importante des villes de Juda. Oui, un chef va venir de chez toi, il sera le berger de mon peuple, Israël.”  »

Alors Hérode fait appeler les sages en secret. Il leur demande : « À quel moment est-ce que l’étoile est apparue ? » Ensuite il les envoie à Bethléem en disant : « Allez vous renseigner exactement sur l’enfant. Quand vous l’aurez trouvé, venez me prévenir, et moi aussi, j’irai l’adorer. »

Après ces paroles du roi, les sages se mettent en route. Ils aperçoivent l’étoile qu’ils ont vue à l’est. Ils sont remplis d’une très grande joie en la voyant. L’étoile avance devant eux. Elle arrive au-dessus de l’endroit où l’enfant se trouve, et elle s’arrête là. Les sages entrent dans la maison, et ils voient l’enfant avec Marie, sa mère. Ils se mettent à genoux et adorent l’enfant. Ensuite, ils ouvrent leurs bagages et ils lui offrent des cadeaux : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

Après cela, Dieu les avertit dans un rêve de ne pas retourner chez Hérode. Alors ils prennent un autre chemin pour rentrer dans leur pays.

Prédication      d’après un texte d’André Sève

Lien pour lire la prédication en pdf

Des yeux d’Epiphanie.

Dans l’évangile d’aujourd’hui, un mot peut à lui seul nous mettre en méditation : voir. Avoir des yeux pour découvrir des choses secrètes, des yeux d’Epiphanie comme les rois Mages. « Ils voient l’enfant avec Marie sa mère et ils tombent à genoux pour l’adorer. »     Que savaient-ils ? Qu’avaient-ils imaginé ? De quelle hauteur doivent-ils descendre pour s’adapter sur-le-champ à cette réalité si humble : un jeune couple et son bébé ? Ils ont « vu ».

Premier appel de l’Epiphanie : voir l’Enfant. Voir tout ce qu’il y a dans ce petit être absolument unique, se dire que par lui nous pouvons voir Dieu, comme l’exprime ce texte liturgique arménien : Aujourd’hui, l’Invisible apparait. Celui qu’on ne voit pas se fait voir, afin de faire de nous des voyants. ». Voir Dieu. Au début de son évangile, Jean écrit : Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique qui est Dieu et qui vit auprès du Père nous le dévoile. Si nous avions des yeux pour voir ces choses ! Les yeux de la foi, les yeux qui jadis, en Palestine, surent s’ouvrir au mystère de Jésus, et le regard intérieur qui maintenant nous jette à genoux devant lui. Ou comme le disait cette croyante : « Qu’est-ce qui vous empêche de porter sur Notre Seigneur le regard de l’âme ? Il n’attend de vous qu’un regard. » Ce regard intérieur, cette puissance de vision de la foi ne doivent  pas nous enclore dans un petit ghetto : « Toi et moi ! » Ou même dans un plus grand ghetto : « Nous, les chrétiens. »

C’est le deuxième appel de l’Epiphanie : réaliser que l’enfant est là pour tous. Derrière les Mages, voir les foules qu’ils symbolisent. Cette humanité si présente dans nos médias, dont on nous montre si souvent le côté le plus sombre, le plus tragique. C’est pour tous les vivants d’aujourd’hui que Jésus est né et qu’il se donne à connaître et à rencontre. C’est pour tous les humains qu’il est Emmanuel – Dieu avec nous ; c’est pour leur libération à tous qu’il est Jésus-Dieu sauve. On dirait qu’une fatalité limite notre regard. Nous sommes faits pour les grands espaces d’un monde en attente de Dieu et nous baissons le nez sur notre vie et sur notre paroisse. Récemment, nous avons vécu un culte aux dimensions européennes, et nous avons partagé notre foi et notre joie dans un sentiment d’immensité. Mais très vite, nous revenons aux « entre-nous » des petits groupes qui pratiquent encore. N’acceptons-nous pas trop facilement la montée de l’incroyance ? Est-ce normal de s’habituer à vivre dans des réserves chrétiennes au milieu des mondes où le mot Dieu ne signifie plus rien ?

Réveille en nous, Seigneur, l’ardeur des premiers chrétiens pour qui la parole de Dieu était encore vive : « Allez, de toutes les nations faites des disciples. »   Que ton Eglise, l’Eglise de ces temps d’incroyance, ne cesse de faire des choix missionnaires pour que la plupart de ses forces se déploient pour affronter les milieux où tu n’es plus. Je souligne ici comme une espérance prête à accoucher d’une action, le désir qu’un groupe d’évangélisation se mette à l’œuvre dans notre paroisse. Le pasteur Patrick Schlüter en est le porte-parole, le porte-envie. Portons ce projet dans notre prière, portons ces personnes pour qu’elles voient ce qui est à faire afin que notre Seigneur soit connu, reconnu, découvert. Ici, je me sens renvoyé à ma propre anémie missionnaire. Ou peut-être à mes peurs ; avec encore mon âge, ma fatigue professionnelle, ma retraite proche…     Je vis parmi des hommes et des femmes qui ne te voient pas et je fais comme si je n’étais pas, moi, un voyant. Mais comment parler de toi aux foules des rues, des grands magasins et des usines ? Et déjà tout simplement à mes voisins que je fréquente depuis des années sans avoir pu les éveiller un peu à ton sujet ? Respect de leurs idées, de leur conscience ? Il a bon dos le respect. Je fais le dédaigneux quand on parle des Témoins de Jéhovah, mais moi, quels sont mes actes missionnaires ? Comment suis-je témoin ? C’est un peu trop commode de répéter qu’on témoigne par sa vie ; je sais bien que parfois l’annonce exige une parole et je me tais. Je finis même par ne plus voir ceux qui peut-être attendent mon témoignage. Redonne-moi des yeux d’apôtre, des yeux d’Epiphanie. Amen.

Un événement oecuménique à vivre prochainement!

20190103tous-ménages-2019

Agendez le dimanche 20 janvier 2019: c’est la Journée oecuménique aux Verrières. Voyez plutôt:

10 h 00       Eglise des Verrières: Célébration œcuménique, culte, avec la participation du Chœur mixte Verrières-Bayards ; officiants : René Perret, pasteur et Charles-Olivier Mbarga Owono, curé

puis: Salle de spectacles des Verrières

11 h 30       Concert apéritif par La Fanfare « Echo de la frontière »

12 h 00       Repas: Menu avec dessert

Fondue, par personne:   17.-     Feuilletés « vol-au-vent » avec salade (2 pièces) :     18.-   Feuilleté « vol-au-vent » avec salade (1 pièce) :        11.-

Animations        Tours de loto   ++++++++   Musique d’ambiance par Giuseppe Santoro

BIENVENUE à TOUS !

Les pâtisseries « maison» et autres douceurs sont reçues avec reconnaissance et remerciements. Le bénéfice de la journée est versé au profit de la course des aînés des Verrières et des Bayards.

Organisation: paroisses catholique et réformée du Val-de-Travers

Pour que chacun puisse être servi selon ses vœux, merci de vous inscrire, au moyen du coupon ci-dessous ou par téléphone, impérativement jusqu’au lundi 14 janvier auprès de : Mme Verena Perrin   Quartier de Bise 106   2127 Les Bayards   Tél : 032/866.12.75  ou   Mme Josette Stauffer   Vy-Perroud 94   2126 Les Verrières   Tél : 032/866.20.22   078/740.98.35

Après cette date un seul numéro (oubli) :  Paulette Colomb  032/866.15.30

Pour lire le tous-ménages en pdf