Aller au contenu principal

Une trace à la foi – culte en randonnant du 16 janvier 2022 à Noiraigue

Quelques traces photographiques du culte en randonnant de ce dimanche

En quête de traces de Dieu – photo David Allisson
Des traces de toutes sortes dans la nature – photo David Allisson
Quelles traces est-ce que j’aimerais laisser ? – photo David Allisson
En quête de traces de Dieu – photo David Allisson
Recevez bénédiction, ouverture, lumière – photo David Allisson

Culte du 15 janvier 2022 – méditation de Jean-Samuel Bucher

Lien pour ouvrir le fichier pdf du texte de la méditation de la célébration du 15 janvier 2022

Jean 2,1-11

    En ce temps-là,
    il y eut un mariage à Cana de Galilée.
La mère de Jésus était là.
    Jésus aussi avait été invité au mariage
avec ses disciples.
    Or, on manqua de vin.
La mère de Jésus lui dit :
« Ils n’ont pas de vin. »
    Jésus lui répond :
« Femme, que me veux-tu ?
Mon heure n’est pas encore venue. »
    Sa mère dit à ceux qui servaient :
« Tout ce qu’il vous dira, faites-le. »
    Or, il y avait là six jarres de pierre
pour les purifications rituelles des Juifs ;
chacune contenait deux à trois mesures,
(c’est-à-dire environ cent litres).
    Jésus dit à ceux qui servaient :
« Remplissez d’eau les jarres. »
Et ils les remplirent jusqu’au bord.
    Il leur dit :
« Maintenant, puisez,
et portez-en au maître du repas. »
Ils lui en portèrent.
    Et celui-ci goûta l’eau changée en vin.
Il ne savait pas d’où venait ce vin,
mais ceux qui servaient le savaient bien,
eux qui avaient puisé l’eau.
Alors le maître du repas appelle le marié
    et lui dit :
« Tout le monde sert le bon vin en premier
et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon.
Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »

    Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit.
C’était à Cana de Galilée.
Il manifesta sa gloire,
et ses disciples crurent en lui.

Marie dit donc à Jésus : « Ils n’ont pas de vin. »

Si Marie était ici et maintenant et au vu des temps que nous vivons, que pourrait-elle dire de ce qui nous concerne ?

– Ils n’ont pas de force

– ils sont atteints et passablement éteints

– ils ont comme perdu leur enthousiasme et leur joie

Au mariage de Cana, Jésus change l’eau en vin, et pour nous les vagues pandémiques se suivent et remuent notre eau qui est bien assez trouble !

Faut-il dire que même nos fêtes sont parfois défaites…. !

Nous allons entrer dans la semaine de prière pour l’unité des chrétiens… et que de divisions dans la société, notre monde, les familles….

Alors que demander au Christ là où nous en sommes ?

  • Rends-nous la foi et la joie d’exister
  • Donne-nous une année seine et meilleure
  • Fais de nous des ouvriers, ouvrières de paix ici, dans nos familles, notre monde
  • Et surtout renouvelle notre espérance, et que cela se voie !

                                                                      Ainsi soit-il !

                                                                Jean-Samuel Bucher

Nous avons vu son astre à l’orient et nous sommes venus lui rendre hommage [Matthieu 2,2] – pour l’unité des chrétiens

Tous ensemble…

Célébration œcuménique dans le cadre de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens
Dimanche 23 janvier 2022 au temple des Verrières à 10h

Merci de venir avec votre certificat covid 2G et une pièce d’identité

Prédication: Père Charles Olivier Mbarga
Célébrant: David Allisson
Chœur mixte des paroisses catholiques, direction: Olivier Ecklin
Organiste: Jean-Samuel Bucher

Bienvenue aux membres des paroisses réformée, catholiques et des communautés évangéliques !

…pour témoigner de l’amour du Christ
Image

2022, un premier Elan

Image

Transition intérieure, transition climatique – Table ronde

Tu es béni·e

Photo de RODNAE Productions provenant de Pexels

Tu es béni·e, mon frère, ma sœur
Pour chacune de tes compassions
Pour le feu de ton amour fou
Pour la passion de ton cœur

Tu es béni·e, mon frère, ma sœur
Pour tes gestes de tendresse
Pour ton regard bienveillant
Pour ton cœur sur la main

Tu es béni·e, mon frère, ma sœur
Pour tes horizons nouveaux
Pour la fraîcheur de tes rêves en éveil
Pour ton espérance à contre-courant

Tu es béni·e, mon frère, ma sœur
Pour l’accueil de tes yeux
Pour ta parole franche
Pour ta main tendue

Tu es béni·e, mon frère, ma sœur
Pour l’espoir qui t’habite
Pour le pardon donné et reçu
Pour ta reconnaissance des choses simples

Tu es béni·e, mon frère, ma sœur
Pour ce que tu donnes de toi
Pour ce que tu reçois des autres
Pour ce que tu remets à Dieu

Tu es béni·e, mon frère, ma sœur
Car par tes actes, ta parole et ton cœur
Par ton souffle, tes luttes et tes bonheurs
Tu bénis ton frère, ta sœur

Comme les mages… Culte musical et chanté du 2 janvier 2022 à Couvet

Lien pour voir le culte sur Youtube :

Organiste : Jean-Samuel Bucher

Lectrice : Nicole Pizzotti

Culte présidé par Patrick Schlüter

Textes bibliques :

Textes complets du culte

Orgue

Chant Alléluia n°32/22 « O peuple fidèle », p. 372

Accueil et salutation :

Début d’année… Regard en arrière … Regard en avant.
Que le Dieu de la promesse, en qui prend source notre confiance, ouvre pour vous ses horizons d’espérance et de paix en ce début d’année 2022.
Que sa tendresse et son amour, qui sont de toujours,
vous habitent et vous rendent un regard neuf, où tout est possible.

Amen.

Bienvenue à vous pour ce premier culte de l’année 2022 qui est aussi celui de l’Épiphanie qui se célèbre tôt cette année.

Prière du début :

Seigneur tu es proche,
nos blessures et nos joies sont les tiennes, et dans ton humanité́, tu nous précèdes sur tous nos chemins.

Nous te confions toute nos vies, dans leurs obscurités et leurs clartés.
Sois l’hôte et le premier compagnon de nos vies,
toi dont la présence nous fait signe, nous conduit et nous promet l’espérance jamais tarie.
Donne-nous de sentir ton amour, et d’y croire.
Amen. 

Chant Alléluia n°32/06 « O grâce magnifique »

Louange (de Claire-Lise Corbaz Duvanel) :

Tu es venu
tourner vers l’aube nos chemins,
mettre en lumière l’obscur ou le terne dans nos vies, pour lui donner couleur d’amour, élan d’un devenir. 

Tu es venu, soleil de notre terre, briser les haines qui détruisent,
nouer les relations défaites,
les pardons difficiles ou les déchirures qui tuent en nous la vie. 

Tu es venu, envers et contre tout,
dire une tendresse plus forte,
vivre une espérance contre toute apparence,
aimer les humains que nous sommes, sans réserve. 

Emmanuel, « Dieu avec nous »,
Toi, Fils du Père, visage humain de notre Dieu, lumière, née de la Lumière. 

Dans la fragilité́ de nos vies,
Tu es Parole de Paix, Tu es joie de Dieu, plus profonde et plus vive que les blessures ou la ténèbre de notre terre. 

Amen

Orgue

Prière avant les lectures :

Dieu notre Père
Donne-nous un cœur d’enfant

Pour entendre ta parole
Et pour saisir au vol
Les mots de ton amour.

Donne-nous la simplicité́

Pour accueillir
Avec espérance et joie

Ton Évangile, 

Même si celui-ci nous surprend

Nous appelle à sortir
Des sentiers battus.

Envoie sur nous ton souffle de vie

Pour qu’après avoir entendu et compris

Nous ayons le courage et la force
De vivre en accord avec notre cœur.

Amen !

1ère lecture : Esaïe 60, versets 1-6 (en français courant) :

Debout, Jérusalem, brille de mille feux,
car la lumière se lève pour toi :
la glorieuse présence du Seigneur
t’éclaire comme le soleil levant.

L’obscurité couvre la terre,
la nuit enveloppe les peuples.
Mais toi, le Seigneur t’éclaire comme le soleil qui se lève.
Au-dessus de toi apparaît sa présence lumineuse. 

Alors des nations marcheront
vers la lumière dont tu rayonnes,
des rois seront attirés par l’éclat dont tu te mettras à briller.

Regarde bien autour de toi,
et vois tous tes enfants : ils viennent
et se rassemblent auprès de toi.
Tes fils arrivent de loin,
on ramène tes filles
en les portant dans les bras.

En les apercevant,
tu rayonnes de bonheur ;
tu en es tout émue,
ton cœur éclate de joie.
Car les richesses de la mer arrivent chez toi,
les trésors des nations affluent jusqu’à toi.

Ton pays se couvre d’une foule de chameaux :
ce sont les caravanes de Madian et d’Éfa,
arrivant toutes de Saba.
Elles apportent de l’or et de l’encens
en chantant les hauts faits du Seigneur.

Chant Alléluia n°32/12 « L’enfant qui naît à Bethléem »

2ème lecture : Matthieu 2, 1-12 (en français courant) :

Jésus naquit à Bethléem, en Judée, à l’époque où Hérode était roi. Après sa naissance, des savants, spécialistes des étoiles, vinrent d’Orient. Ils arrivèrent à Jérusalem et demandèrent :

« Où est l’enfant qui vient de naître, le roi des Juifs ? Nous avons vu son étoile apparaître en Orient et nous sommes venus l’adorer. »

Quand le roi Hérode apprit cette nouvelle, il fut troublé, ainsi que toute la population de Jérusalem. Il convoqua tous les chefs des prêtres et les maîtres de la loi, et leur demanda où le Messie devait naître. Ils lui répondirent :

« A Bethléem, en Judée. Car voici ce que le prophète a écrit : « Et toi, Bethléem, au pays de Juda, tu n’es certainement pas la moins importante des localités de Juda ; car c’est de toi que viendra un chef qui conduira mon peuple, Israël. » »

Alors Hérode convoqua secrètement les savants et s’informa auprès d’eux du moment précis où l’étoile était apparue. Puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez chercher des renseignements précis sur l’enfant ; et quand vous l’aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j’aille, moi aussi, l’adorer. »

Après avoir reçu ces instructions du roi, ils partirent. Ils virent alors l’étoile qu’ils avaient déjà remarquée en Orient : elle allait devant eux, et quand elle arriva au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant, elle s’arrêta. Ils furent remplis d’une très grande joie en la voyant là. Ils entrèrent dans la maison et virent l’enfant avec sa mère, Marie. Ils se mirent à genoux pour adorer l’enfant ; puis ils ouvrirent leurs bagages et lui offrirent des cadeaux : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

Ensuite, Dieu les avertit dans un rêve de ne pas retourner auprès d’Hérode ; ils prirent alors un autre chemin pour rentrer dans leur pays.

Orgue

Prédication de Patrick Schlüter : comme les mages…

Partie 1 :

Ah, l’étoile des mages ! Elle nous fascine, elle suscite des spéculations de toutes sortes. Elle trône même au sommet de nos sapins de Noël ! Pourtant, cette étoile nous échappe. Elle n’est d’ailleurs qu’un messager qui permet la rencontre du Christ.

Alors, laissons l’étoile des mages au ciel pour redescendre sur terre et regarder les personnages du récit face à l’annonce de la naissance du roi des Juifs. Je reconnais 4 personnages ou groupes de personnages :

  • Il y a le roi Hérode, aux intentions ambiguës dans ce récit, malveillantes et meurtrières dans la suite. Hérode est bouleversé. Il a l’occasion de changer quelque chose, mais il reste dans son endurcissement. Pour lui, ce roi à venir est une menace à son pouvoir. Il est prêt à tout pour le conserver.
  • Il y a tout Jérusalem qui est bouleversé avec lui. Est-ce une exagération de Matthieu pour montrer que cette venue de Jésus concerne tout le monde ? Être bouleversé, cela montre qu’on est touché au fond de soi-même. Cependant, Jérusalem disparait ensuite du récit dans une sorte d’indifférence à ce qui se passe.
  • Il y a les grand-prêtres et les scribes du peuple qui ont la connaissance des Écritures et orientent Hérode sur le lieu de naissance du roi à venir. Leur savoir est décisif dans le récit, mais eux-mêmes ne semblent rien en faire. Ce qu’ils savent semble déconnecté de leur vie. Ils n’en font rien.
  • Il y a enfin les mages, mystérieux, persévérants, en recherche du roi à adorer. Ils repèrent un signe dans les cieux, se mettent en route, questionnent, accueillent les informations, poursuivent leur quête, se réjouissent au plus profond d’eux-mêmes, voient l’enfant et sa mère, l’adorent à genoux et offrent des cadeaux précieux. Ils sont encore à l’écoute de Dieu en songe et avisés de ne pas retourner auprès d’Hérode. Ils changent, les mages, au moins d’itinéraire. Sans doute, quelque chose a changé à l’intérieur d’eux-mêmes et ils prendront d’autres chemins dans leur vie personnelle.

Orgue

Partie 2 :

Matthieu invite à suivre les mages, ces étrangers à la science douteuse pour des juifs. Les mages sont modèles de la quête de la foi et je suis appelé à être comme eux. Face à l’Évangile, la bonne nouvelle de Jésus-Christ, je suis obligé de reconnaître qu’il y a aussi en moi quelque chose de ce « tout Jérusalem », quelque chose des grand-prêtres et scribes et même quelque chose d’Hérode. Parfois, je suis touché, mais je passe rapidement à autre chose. Parfois, mon savoir, je ne l’utilise que de manière technique. Parfois aussi, je m’endurcis et Dieu m’apparait comme une menace.

Ce qui se passe en chacun-e est un mystère intime. Cela se joue entre Dieu et chaque personne qui a son propre chemin à écrire. Dieu connait le chemin de notre cœur. Il l’ouvre en Jésus-Christ, cet enfant-roi qui est Dieu avec vous pour nous toucher et nous appeler à la vie. Jésus est cet homme venu dire le Royaume des cieux ouvert pour nous. Il vient le dire au cœur de l’humanité, aux petits, aux étrangers, à ceux qui lui ouvrent la porte pour l’accueillir. Son pouvoir est celui de l’amour offert que ce soit à la crèche, à la croix ou dans sa présence aujourd’hui avec nous. Dieu connait le chemin de notre cœur, mais il ne peut pas en forcer la porte.

Orgue

Partie 3 :

Ce que je crois, c’est que le cadeau de Dieu demeure toujours. Le choix de la vie est toujours possible, quelles que soient les circonstances de vie. Il s’agit d’accepter d’être touché et de se laisser transformer. Ainsi, comme les mages, nous pouvons prendre avec confiance d’autres chemins de vie, qu’ils soient intérieurs, personnels ou même de société par les choix que nous faisons.

Nous avons laissé l’étoile des mages au ciel pour découvrir une autre étoile, plus petite, mais ô combien plus importante. L’étoile, c’est le Christ, Dieu avec nous, pour nous inviter à offrir le meilleur de nous-mêmes, à devenir toujours plus à l’image de celui qui nous a créés : capables de nous émerveiller, d’être touchés, d’aimer et de respecter la vie, prêts à nous laisser déranger dans nos habitudes et certitudes. Cela ne se passe pas au ciel, mais au cœur de nos vies que Dieu veut venir habiter en Jésus-Christ.

Amen

Orgue

Prière universelle :

Seigneur, tu nous vois.

Tu nous vois avec nos questions au seuil de cette année nouvelle : de quoi sera fait demain, mon demain à moi, celui de ceux que j’aime ? 

Tu les vois, Seigneur, ces espérances enfouies au plus profond de nos jardins secrets. Tous ces demains semés d’espérances qui attendent de germer.

Les feras-tu éclore un jour, nos espérances en graine, nos rêves, nos projets ?

De quoi sera fait demain ?

Après tout, qu’importe, puisque ta présence, Seigneur, nous accompagnera au cœur de nos déserts comme au plus fort de nos joies.

Ta présence qui nous invite déjà à vivre aujourd’hui pour mieux réaliser demain.

Non, ne nous dis pas Seigneur de quoi demain sera fait.

Rappelle-nous seulement que tu es là.

Dans cette confiance de ta présence, nous te confions :

  • les peuples de la terre, leurs savants, responsables et dirigeants
  • l’Église à travers le monde, qu’elle marche à la lumière du Christ
  • les personnes en quête de sens et d’ouverture à leur vie
  • les réfugiés, les migrants, les délaissés

Que la lumière de ta présence les guide et les éclaire, et que nous puissions être porteur de ta lumière pour eux. 

Dans le nom de Jésus-Christ.

Amen.

Chant Alléluia n°31/32 « Ils ont marché au pas des siècles »

Préface :

Oui, c’est le cœur en fête que nous te rendons grâce,
Seigneur Dieu, Père de tendresse, Dieu toujours fidèle.

Car Jésus le Christ, lumière du monde, annoncé depuis des siècles, est venu parmi nous !

Grâce à lui nous voyons ta gloire et nous connaissons ton amour.

Oui, aujourd’hui, l’inaccessible se fait proche, l’unique se fait compagnon et frère. Toi, le Dieu fidèle, tu te révèles en Jésus, ton Fils.

Avec les mages, avec tous les témoins de ton amour,
nous chantons ta bonté et ta fidélité :

Saint, est le Seigneur !

Chant Alléluia n°62/43 « Saint est le Seigneur »

Institution :

Béni sois-tu, Dieu tout-puissant,
toi qui nous as donné l’enfant Jésus.

Déjà cette première nuit, il réunissait les humbles bergers
comme les riches mages venus le visiter.
Plus tard, réunis avec ses amis et disciples, le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain et après avoir rendu grâce,
il le rompit et dit :

« Ceci est mon corps, qui est pour vous,
faites ceci en mémoire de moi. »

Il fit de même pour la coupe, après le repas, en disant :

« Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang ;
faites cela toutes les fois que vous en boirez,
en mémoire de moi. »
Ainsi, en partageant ce pain et ce vin, nous entrons à notre tour dans la promesse de Noël, nous anticipons la lumière du Royaume des cieux.

Anamnèse, épiclèse et Notre Père :

Dieu notre Père, nous te prions :
Que ton Saint-Esprit nous permette de communier par la foi au corps et au sang de Jésus.

Jésus, lumière du monde, viens nous éclairer.
Jésus, source de guérison et de vie, viens nous libérer.
Jésus, prince de la paix, viens habiter en nous,
rassemble-nous tous dans ton Royaume.          

O Christ, souviens-toi de nous quand tu viendras dans ton règne, apprends-nous toi-même à prier :

Notre Père qui es aux cieux,

Que ton nom soit sanctifié,

Que ton règne vienne,

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

Pardonne-nous nos offenses, 

comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Et ne nous laisse pas entrer en tentation,

mais délivre-nous du mal,

car c’est à toi qu’appartiennent

le règne, la puissance et la gloire,

pour les siècles des siècles.

Amen.

Fraction et élévation :

Le pain que nous rompons est la communion au corps de notre Seigneur Jésus-Christ, mort pour nous et pour tous les peuples

Cette coupe pour laquelle nous remercions Dieu est la communion au sang, à la vie de notre Seigneur Jésus-Christ, ressuscité pour nous et pour tous les peuples.

Chant Alléluia n°32/16 « D’un arbre séculaire »

Invitation :

Jésus nous invite. 

Vous qui reconnaissez sa voix ouvrez-lui la porte, communiez avec lui et les uns avec les autres pour former un seul corps. Venez, car tout est prêt !

Communion en défilé et orgue

Prière finale :

Merci, Père,
pour la venue de ton Fils dans le monde.

Merci, Père,
pour ce pain et ce vin,
présence de ton Fils ressuscité.

Merci de nous mettre en route avec toi, et d’accompagner nos chemins.

Amen.

Chant vitrail n°171 « Toute nuit revit dans le silence »

Bénédiction :

Que sa lumière se lève dans nos ténèbres, que notre nuit soit comme le plein midi. 

Que le Seigneur nous guide sans cesse et nous donne sa paix. 

Allez, dans l’amour
du Père, du Fils et du Saint-Esprit. 

Amen.

Orgue

Culte de Noël avec les enfants, 24 décembre 2021 à Couvet

Lien pour revoir le culte en ligne : https://www.facebook.com/ParoisseVDT/videos/715696716484144

Pasteur : Patrick Schlüter

Écriture de la pièce : Brigitte Rufener

Organiste : Fabienne Pantillon

Jeunes musiciens : Marc Rufener, Emilie et Pauline Pittet, Leanne Bonny

Merci aux enfants : Émilie, Nadège, Mathia, Ceylian, Elmeric, Basile, Olivia, Carolina, Sophia, Zoé, Neven, Ian, Léon, Ricardo, Marc-Arthur

Accueil : 

Bienvenue à vous tous pour ce culte de Noël !

Bienvenue à vous les enfants et les parents, Bienvenue à vous les jeunes qui participez à ce culte de Noël, bienvenue à vous paroissiens du Val-de-Travers ou de plus loin. Bienvenue à vous qui suivez ce culte en ligne via la page Facebook de la paroisse.

A Noël, Jésus vient dans le monde, tel qu’il est avec ses beautés et ses sommets, avec ses malheurs et ses abîmes.

Ce soir, Dieu nous accueille comme nous sommes, avec tout ce qu’il y a en nous, de joie et d’espoir, mais aussi de tristesse et de questions. Il nous relie les uns aux autres que nous soyons présents dans ce temple ou chez nous.

Soyons les bienvenus et reposons-nous dans sa présence !

Orgue

Prière du début par les enfants :

Dieu, tu nous envoies Jésus, un enfant et un Roi.

Nous te disons merci pour l’enfant.

Il est aussi notre Roi.

Mais pas un roi qui gagne par la force et par la guerre.

Car Tu agis autrement…

Tu fais de Jésus le Roi de l’Amour, le prince de la paix.

Notre frère dans la vie.

Sois loué, notre Dieu !

Amen.

Chant d’assemblée « O peuple fidèle » (Alléluia n° 32-22)

Chant des enfants : Chaque enfant est une étoile

Pièce des enfants : Voyage vers Noël (pièce écrite par Brigitte Rufener)

Catéchète 1           Bonjour les enfants, aujourd’hui nous allons parler de l’histoire de Noël, mais un peu différemment que d’habitude….Sur cette table, il y a différentes images qui racontent cette merveilleuse histoire…Choisissez-en une et montrez-la ensuite à vos camarades tout en l’expliquant en quelques mots. D’accord ?!!
  
 Les enfants prennent chacun, chacune un dessin qu’ils ont préalablement colorié et le présentent à l’assemblée puis retournent à leur place.
  
Enfant 1Ce sont des bergers, ils gardent des moutons.
Enfant 2C’est une étoile, elle brille de mille feux.
Enfant 3Voilà l’âne et le bœuf. Les animaux de la crèche.
Enfant 4C’est un chemin qui mène quelque part.Ça fait penser aux vacances…
Enfant 5Voilà le Père Noël.C’est lui qui apporte les cadeaux et il exauce tous les vœux.
Enfant 6Ce sont des voyageurs.Ils partent à la découverte…
Enfant 7Voilà une mangeoire pour les animaux.
Enfant 8Je pense que c’est un roi.Il n’a pas l’air sympa !
Enfant 9Moi j’ai un ange.En fait, j’sais pas si ça existe…Est-ce que ça a vraiment des ailes ?…
Enfant 10 Mon image représente une étable, une écurie.
Enfant 11Moi, j’ai le sapin de NoëlÀ mon avis, Noël ne serait pas Noël sans sapin.
Enfant 12Mon dessin représente une auberge, On peut aussi dire un hôtel ! Ça fait aussi penser aux vacances !
Enfant 13Voilà des cadeaux !J’aime beaucoup recevoir des cadeaux.J’en ai d’ailleurs commandé plein pour Noël.
Enfant 14Moi je vous présente Joseph et MarieLe papa et la maman de Jésus.
Enfant 15Voilà des bougiesElles apportent de la lumière.
Chant d’assembléeAube nouvelle (Alléluia n°31-14)
Catéchète 1Merci les enfants !Et maintenant si on racontait l’histoire de la nativité au travers de toutes ces images…Font-elles toutes partie de l’histoire ?…Nous allons le découvrir ensemble.
  
Catéchète 2Et moi, je suspendrai votre dessin sur la corde tendue que voilà.Ainsi, tous pourront suivre cette histoire en images.
Catéchète 1Alors par quoi commençons-nous ?
  
Enfant 13Ben, c’est facile, c’est l’histoire de Joseph et Marie et du petit Jésus
Enfant 4Ouais je me souviens, ils sont partis faire un grand voyage.Mais j’sais depuis où jusqu’à où…
  
Catéchète 2De Nazareth en Galilée à Bethléem en JudéeC’est un très long voyage de plus de 150 kms (d’ci à Genève environ)Car Joseph y était originaire
Catéchète 1À pied, peut-être à dos d’âne, mais l’histoire ne le mentionne pas.Et Marie qui était enceinte…  Ensuite que se passe-t-il ?
  
Enfant 12Quand ils sont arrivés, ils ont cherché un lieu pour dormir.Mais à l’hôtel, y avait plus de place.
Enfant 9Alors ils sont entrés dans une étable pour s’y reposer
Enfant 7Oui je me souviens et c’est là que Jésus est né.La crèche est devenue son berceau.
Enfant 3Et dans l’étable, il y avait un bœuf et un âne.
  
Catéchète 1On présente souvent la « crèche » de cette façonMais il n’est pas mention d’un âne ni d’un bœuf dans les écritures.
Catéchète 2Quelles sont les images qui restent encore ?Une étoile, des bergers, un Père Noël, des bougies, des voyageurs, des cadeauxUn ange, un sapin de Noël et un roi de mauvaise humeur
Catéchète 1Je vous mets sur la voie : Ils gardaient leur troupeau dans les champs
  
Enfant 1Je sais, ce sont les bergers qui accourent à Bethléem pour voir l’enfant.
Enfant 9Non c’est d’abord l’ange qui annonce la nouvelle aux bergersTon dessin vient après le mien !
  
Catéchète 1Oui tu as raison.
Catéchète 2Il est écrit :Un ange du Seigneur se présente aux bergers qui ont très peur.Il leur dit :  » N’ayez pas peur, je viens vous annoncer une bonne nouvelle qui sera une grande joie pour tout votre peuple.Aujourd’hui dans la ville de David, un Sauveur est né pour vous, c’est le Christ le Seigneur.Vous trouverez un petit enfant enveloppé d’une couverture et couché dans une mangeoire.Les bergers se disent entre eux : « allons à Bethléem et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur Dieu veut nous faire connaître.Ils partent et trouvent effectivement Marie, Joseph et l’enfant couché dans la mangeoire.Ils en furent tout émus !
 Musique des jeunes
Catéchète 1Savez-vous ce qui se passe ensuite ?
  
Enfant 2Ce n’est pas l’étoile qui a guidé les mages jusqu’à Bethléem ?…
Enfant 6 Et c’est moi qui ai l’image des rois mages qui vont suivre l’étoile…
  
Catéchète 2La bible dit :Des sages viennent de l’est et arrivent à Jérusalem.Ils demandent :  » Où est le roi des juifs qui vient de naître, nous avons vu son étoileSe lever à l’est et nous sommes venus l’adorer.Quand le roi Hérode apprend cela, il est troublé et même jaloux.Après s’être renseigné, il envoie les savants à Bethléem et leur demande de revenir l’informer pour qu’il puisse aller lui aussi adorer l’enfant.Mais ses intentions ne sont pas honnêtes.Les mages se remettent en route et aperçoivent l’étoile qu’ils avaient vue à l’est, celle-ci avance devant eux. Elle s’arrête au-dessus de la maison où se trouve l’enfant. Ils s’agenouillèrent devant lui et l’adorèrent.Ils ont apporté des présents : de l’or, de la myrrhe et de l’encensPuis, avertis en rêve de ne pas retourner chez Hérode, ils prennent un autre chemin pour rentrer chez eux.
 Musique des jeunes
Enfant 8     Alors c’est moi qui ai le dessin du roi  » méchant « 
Enfant 13Et moi j’ai les cadeaux offerts par les Rois Mages
  
Catéchète 1Qu’est-ce qui reste encore comme image ?Ah oui, le sapin et le Père Noël et les bougies….Pensez- vous qu’elles font partie de notre histoire ?
  
 Les enfants font oui de la tête et disent ensemble un oui tonitruant !
  
Enfant 11Mais c’est pas Noël sans le sapin.Chez nous, on le décore déjà 15 jours avant.
Enfant 15Et moi j’ai les bougies qui illumineront le sapin.C’est si beau un sapin tout illuminé.
Enfant 5Et c’est quand même le Père Noël qui apporte les cadeaux.D’ailleurs je lui en ai commandé plusieurs cette année.
  
Catéchète 1Du calme les enfants !Voici l’explication du sapin de Noël et des bougies…
Catéchète 2C’est une très ancienne tradition issue de coutumes chrétiennes et païennes.Le sapin est l’arbre par excellence qui reste toujours vert et ne perd pas ses aiguilles en hiver.Il est devenu le symbole de l’arbre de vie.Déjà au 17me siècle, l’Allemagne, l’Autriche et l’Alsace le décoraient durant les fêtes de fin d’année.Par ses bougies, le sapin illuminait ainsi la nuit de Noël et apportait de la lumière durant les sombres nuits d’hiver.Il était érigé la veille de Noël et enlevé 12 nuits plus tard à l’Épiphanie.Dans les campagnes, le sapin décoré n’est une tradition que depuis les années 1930.
Chant d’assembléeMon beau sapin (Alléluia n°54-08)
Catéchète 1Pour ce qui est du Père Noël…Il trouve son origine dans St-Nicolas avec sa barbe blanche et son manteau rouge.Malgré la réforme protestante du 16me siècle qui supprima la fête de St-Nicolas, les Hollandais gardèrent leur personnage et sa distribution de jouets.Ensuite St-Nicolas émigra aux USA pour devenir le Père Noël d’aujourd’hui.Ce n’est qu’à la fin du 19me siècle que fut officiellement établie la maison de celui-ci dans les neiges et les glaces du Pôle Nord.Alors que St-Nicolas voyageait à dos d’âne…Le Père Noël, lui, voyage dans un traîneau tiré par des rennes.
Catéchète 2Donc le sapin et le Père Noël sont arrivés longtemps après l’histoire de Noël.
 Musique des jeunes
Les enfantsEt nos cadeaux alors ?
  
 Une des deux catéchètes sort une dernière image, celle de l’enfant Jésus couché dans une crèche.
Catéchète 2Et si notre cadeau était justement cet enfant fragile et vulnérable qui s’offre à nousÀ chaque Noël pour nous permettre de changer et transformer nos vies.
  
 Jésus est :L’Amour, la Paix, la Joie, l’Espérance, la Tolérance qui sont des cadeaux très précieux.Ils sont invisibles pour les yeux, mais inestimables pour le cœur de chaque être humain. JÉSUS N’EST PAS DE L’ANCIEN TEMPS, MAIS DE TOUS LES TEMPS !

Chant des enfants : Les cadeaux

Message de Patrick Schlüter

Et si notre cadeau, c’était cet enfant, fragile et vulnérable, qui s’offre à nous à chaque Noël pour nous permettre de changer et de transformer nos vies ?

La période que nous vivons, ce n’est pas un cadeau, avec son lot d’incertitudes et de fatigues, de maladie ou d’exclusions. Ce Noël a quelque chose de bizarre. Nous fêtons sans savoir où nous allons, séparé de ceux que nous aimons par la crainte, la prudence, les règles sanitaires, la maladie ou la mort. D’un autre côté, nous avons besoin de lumière, de chaleur, de liens, d’espérance. Les enfants qui ont joué et chanté nous en ont apporté. Merci à eux !

Le Noël que nous vivons ressemble par certains aspects au premier Noël. N’est-ce pas bizarre que le messie attendu naisse dans une crèche, entouré de bergers et d’étrangers et qu’il soit menacé par le roi Hérode, dirigeant de son propre peuple ?

Ce Jésus qui nait nous parle de Dieu, il lui donne un visage inattendu, proche de toutes nos fragilités. Jésus n’est pas de l’ancien temps, mais de tous les temps. La Bible a un nom pour cela, c’est un prénom ou un surnom : Emmanuel qui veut dire Dieu est avec nous.

Jésus est l’Emmanuel, celui qui rend Dieu présent au cœur de toutes nos fragilités, de nos incertitudes, au cœur de nos tristesses comme de nos joies.

La pandémie que nous vivons nous fait prendre conscience de la fragilité de la vie, des relations, de tout ce que nous avons construit. Dieu lui-même en Jésus se fait fragile et petit pour nous rejoindre et nous aider à accepter notre humanité jusque dans sa fragilité.

La vie est précieuse, les relations sont précieuses. Chacun et chacune est précieux pour Dieu. En Jésus, nous recevons un frère pour retrouver notre visage d’enfant de Dieu.

Amen.

Orgue

Prière universelle par les enfants

Père, ce soir
nous te prions pour les enfants. 

Pour ceux qui meurent
de la guerre, de la faim, de maladie ou de manque d’amour,
Prends pitié ! 

Pour tous les humains
qui se sentent au fond d’eux-mêmes
plus fragiles que des enfants,
démunis, découragés,
impuissants face au malheur et à la misère,

Prends pitié 


Ce soir, Père,
nous te rendons grâce pour les enfants, pour l’enfant de Noël, 

et avec lui pour tous ceux qui nous stimulent,

nous encouragent,
tous ceux qui par leur foi
soulèvent les montagnes. 

Ouvre nos yeux,
nous t’en prions,
à la lumière qu’ils apportent

Notre Père :

Le cadeau de Jésus, né dans une crèche et devenu adulte, c’est de nous faire découvrir Dieu comme un père, un papa ou une maman qui nous aime. Par lui, nous devenons enfants de Dieu et nous pouvons prier ensemble les mots qu’il nous a laissés :

Notre Père qui es aux cieux,

que ton nom soit sanctifié,

que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

Pardonne-nous nos offenses,

comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Et ne nous laisse pas entrer en tentation,

mais délivre-nous du mal.

Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles.

Amen.

Chant d’assemblée « Voici Noël, ô douce nuit » (Alléluia n° 32-30)

Bénédiction

Béni sois-tu Dieu notre Père !

Donne-nous maintenant,

d’accueillir la douceur de Noël

et permets qu’en nos visages

il y ait assez de lumière

pour ceux qui sont dans l’ombre !

Permets qu’en nos cœurs

il y ait assez de paix

pour ceux qui sont dans la révolte.

Permets qu’au milieu de nous

il y ait assez de tendresse

pour ceux qui sont dans la solitude et le deuil !

Chers enfants, chers frères et sœurs, soyez bénis

Au nom de Jésus, ce Fils de lumière,

né parmi nous pour qu’il fasse clair dans nos vies.

Allez avec la douceur et la paix de l’Emmanuel, Dieu avec nous dans tout ce que nous vivons de beau et de difficile.

Allez avec la bénédiction du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Amen.

Orgue

La foi du coeur,

Culte de minuit, le 24 décembre 2021, temple de Travers

Lien pour visionner le culte

https://www.youtube.com/watch?v=GZf8fFsro8Y

Prière de louange 

Enfant de la crèche,
merci d’être venu présenter le sourire de Dieu
à tous les habitants de la terre !

Enfant Jésus,

merci d’être venu offrir la joie de Dieu
à tous les affligés de notre planète.

Enfant Dieu,
merci d’être venu montrer le visage de Dieu
à tous ceux qui sont en attente sur notre terre.

Enfant Emmanuel,
merci de rester sur notre terre .

Enfant Dieu-avec-nous,
merci d’être la tendresse de Dieu, avec nous et avec tous

pour toujours sur notre terre ! Amen

Lectures bibliques : Isaïe 9, 1-6 et Luc 2, 1-14

Prédication 

Dimanche passé, je suis allée voir un film qui s’intitule « Animal ». 

Il parle de l’extinction des espèces au travers du regard de deux adolescents qui parcourent le monde pour trouver des réponses, des solutions, mais qui sont également confrontés à la dure réalité des souffrances endurées par la planète.

Il y avait des images très fortes dans ce film: violences faites aux animaux, déforestation, humains envahis par le plastic, accablés par la pauvreté, etc… 

Mais il y avait également de très beaux paysages, des gens magnifiques rencontrés par les adolescents, des actions fortes pour prendre soin des uns et des autres… je vous avoue que ce film a remué pas mal d’émotions en moi : tristesse, colère, culpabilité, sérénité, reconnaissance.

Bref ! pour résumer, je dirais que ce film m’a touchée au plus profond de mon cœur !

Si je vous raconte cela, c’est parce que j’ai fait un lien avec ce qui nous réunis ce soir : Noël, les récits de la crèche, les bergers, les anges et les prédictions de Esaïe !

Pour tout vous dire, ce lien m’a été fourni par le Réformateur Martin Luther !

Dans son approche du texte de Luc, Luther voit 2 axes principaux: 

  • le récit de la naissance dans l’étable avec la révélation faite aux bergers
  • l’annonce faite par les anges.

Le récit de la naissance parle de misère humaine, de pauvreté, d’exclusion. Dans cette naissance, rien n’a été épargné à Marie : ni la douleur et la peur, ni le sang et la fatigue.

Ce récit s’ancre dans la dure réalité de la terre, il est fait de glaise humaine. Il est incarné. Il préfigure la misère de la croix. 

Il est comme le film que j’ai vu : rude, réaliste, douloureux. Bref, il touche le cœur. 

D’après Luther, ce récit avait précisément pour but de toucher les cœurs. En faisant  référence à l’âpreté du quotidien, ce récit ne pouvait qu’amener les gens à croire… non pas avec la conviction de l’intelligence, mais avec la foi du cœur.

Mais qu’en est-il alors du récit de l’annonce des anges ? Pour le Réformateur, ce passage se situe à un autre niveau : il est situé dans le ciel, il est une Parole, une interprétation. Il fait appel à l’intelligence. 

La proclamation des anges est un sermon, une explication destinée aux bergers afin qu’ils croient et comprennent ce qu’ils ont d’abord vécu dans leur corps, dans leur cœur. 

Pour Luther, les bergers, c’est nous. Nous sommes d’abord atteints par l’histoire émouvante de la crèche, avec les sensations de la pauvreté, de l’exclusion de la souffrance. C’est le langage du cœur qui nous attrape et nous interpelle. 

Puis vient l’interprétation des anges, la foi qui en découle et qui va de pair avec la joie, la certitude, la confiance et la mise en route pour agir à son tour. 

Le texte d’Esaïe va dans le même sens. Le prophète part de la situation historique qu’il vit en direct : l’Assyrie prend le pouvoir et va bientôt envahir Jérusalem. C’est une situation effrayante, insécurisante pour Israël.

Esaïe a alors l’intuition que, au milieu de ce chaos, Dieu reste maître de l’Histoire, même si parfois, la réalité de l’Histoire et la foi sont en décalage !

Esaïe proclame que la souveraineté de Dieu fait irruption sous des formes parfois étonnantes, détonantes et imprévisibles, comme la naissance d’un enfant.

Or, le récit de la Nativité est précisément détonnant et inattendu. Oh ! Bien sûr, depuis le temps que nous lisons ce texte et que nous l’avons coloré, embelli, dénaturé, il ne nous fait peut-être plus cet effet « coup de cœur ». 

Pour être touché au cœur et se lancer dans l’action, nous devons peut-être élargir nos recherches, ouvrir nos regards… et pourquoi pas dans le film « Animal » ou dans ce poème de l’Eglise protestante libanaise que je partage avec vous ? : 

J’aurais aimé…

Retourner dans le passé

Fouiller la vieille étable

Retrouver la mangeoire

sentir le foin, la paille,

L’odeur de la nuit

dans les rues blêmes de Bethléem

Un soir de lune, blanche et pleine.

J’aurais aimé

Dans la lumière étrange et belle

Entendre le chant des anges

Venus d’en haut

Et suivre les bergers

Sur les chemins de terre

Humer le parfum des bruyères

De la vigne et du figuier

Puis être saisi

Par les senteurs âcres et fortes

Des bêtes et du fumier

Dans l’écurie obscure.

 J’aurais vu l’étoile

J’aurais marché avec les mages

L’or et l’encens entre mes mains

L’hommage à l’enfant

J’aurais vu le visage d’une maman

Qui n’en croit pas ses yeux

Et le cœur d’une maman

Qui hésite et qui doute

Qui se serre, qui se noue

Parce qu’elle pressent déjà,

Lisant en filigrane

Dans la trame du temps, la venue d’un drame.

 J’aurais aimé

Contempler les rides,

Les fronts plissés,

Les joues creusées

Sculptés par les années

Sur les visage d’Anne et de Siméon

J’aurais aimé avec eux

Déchiffrer l’histoire

Vivre l’accomplissement de la longue attente

Écrite en silence.

J’aurais aimé goûter la joie

J’aurais aimé toucher

Sentir, palper,

Et tenir dans mes mains

L’enfant nouveau-né…

Mais il ne reste rien…

Il ne reste rien que le vent n’ait emporté

Ni stèle dressée tombée du ciel

Ni mot gravé dans la pierre

Pour saisir et fixer l’insaisissable.

Et lui-même

L’enfant de Bethléem

L’enfant de Nazareth

Le promeneur inlassable

Le marcheur de Dieu

N’a pas écrit mot

ailleurs que sur le sable,

Quelques mots vite effacés

Par la colère et la haine.

Lui-même n’a rien laissé d’autre

Que des paroles et des gestes dans nos fragiles mémoires.

Et pourtant c’est à eux

Hommes et femmes

Qu’il a confié son secret

Présence subtile et légère

Murmure et joie de Dieu.

Non ! Le granit et le marbre

Ne sont pas aptes

à conserver la vie,

La donner et la transmettre.

Ni l’or, ni l’argent

Pour parler du vivant.

J’aurais aimé…

Mais il ne reste rien.

Il a barré la route

À l’impossible retour

Vers la nostalgie et le passé.

C’est ici et maintenant

Que je dois le trouver

Dans le silence de mes nuits

Dans la brume de l’ennui

Dans la main d’un ami

Dans les rires et les pleurs

Dans les regards de tendresse

Dans le secret d’un amour

Dans le lumignon qui brille encore,

Dans la Parole vivante et partagée

Dans la foi toujours reçue, toujours demandée,

Dans l’espérance renouvelée en la promesse de Celui qui est, qui était, qui vient.

Une prière de Noël, tirée du site de l’Eglise protestant au Liban (https://www.epfb.net/jaurais-aime-une-priere-de-noel/)

Célébration de Noël 2021

Lien pour accéder au fichier pdf des textes de la célébration

Accueil

La paix, la lumière et la chaleur de l’accueil de Dieu soient avec chacune et chacun de vous.

Le peuple qui marche dans la nuit voit une grande lumière. [Esaïe 9,1]

Soyez les bienvenu·e·s dans cette église où nous sommes réuni·e·s pour accueillir et admirer la lumière de Noël. Nous avons besoin d’être éclairé·e·s par une lumière qui vient de plus haut, de plus loin.
Il reste beaucoup d’obscurité en ce monde où la mort étend toujours son ombre.
Jésus Christ fait briller la lumière.
En lui la vraie vie est apparue et nul ne pourra la détruire.

Le peuple qui marche dans la nuit voit une grande lumière.

Invocation

Dieu d’amour, à Noël tu fais resplendir ta lumière.
Permets-nous d’en saisir la puissance et d’en accueillir le mystère et la beauté.
Fais grandir notre joie jusqu’à l’émerveillement.
Soit pour nous le Dieu d’Amour, de Lumière et de Vie pour toujours. Amen.

Chant avec l’assemblée

Alléluia 32-30 p.384 : Voici Noël, ô douce nuit

Louange et refrain « ouvrir les mains »

C’est Noël !
Il est né le Fils de Dieu !
Comme les bergers, nous venons près de toi, Jésus, te chanter un chant nouveau !
Quel cadeau !

Ouvrir les mains, cueillir la lumière,
la donner plus belle à son voisin.
Ouvrir les mains, cueillir la lumière,
Qu’elle s’étende un peu plus loin.

C’est Noël !
Il est né le Fils de Dieu !
Comme les bergers, nous nous mettons à genoux, Jésus, pour te remercier d’être parmi nous.
Quel bonheur !

Ouvrir les mains, cueillir la lumière,
la donner plus belle à son voisin.
Ouvrir les mains, cueillir la lumière,
Qu’elle s’étende un peu plus loin.

C’est Noël !
Il est né le Fils de Dieu !

Pour toi, Jésus la terre danse de joie, et les arbres des forêts chuchotent la Bonne Nouvelle.

Tous les habitants de la terre se réjouissent. Quelle fête !

Ouvrir les mains, cueillir la lumière,
la donner plus belle à son voisin.
Ouvrir les mains, cueillir la lumière,
Qu’elle s’étende un peu plus loin.

Gloire à Dieu au plus haut des cieux
et paix sur la terre aux hommes qu’il aime !

Ouvrir les mains, cueillir la lumière,
la donner plus belle à son voisin.
Ouvrir les mains, cueillir la lumière,
Qu’elle s’étende un peu plus loin.

Lecture de la Bible

Luc 2,1-14

Chant avec l’assemblée

Alléluia 32-13 p.361 : Nuit lumineuse

Conte – message « Les lumières de Julien »

(adapté de https://drive.google.com/file/d/1CpOO7lGVGKE10Y9Kqh4do3WPXujt6JNk/view)

Introduction : Mamie et Julien

Narrateur :          C’était un soir d’hiver, un soir froid de décembre. Dehors, la nuit était noire et le vent soufflait. A l’intérieur d’une petite maison, une grand-mère accompagnait son petit-fils dans sa chambre pour le coucher.

Mamie :               Allez Julien, au lit maintenant, il est tard !

Julien :                 Mamie, peux-tu laisser la lumière allumée s’il te plait ? J’ai peur dans le noir…

Mamie :               Peur dans le noir ? Un grand garçon comme toi ?… écoute plutôt ce que j’ai découvert il y a bien longtemps.

Tu n’as pas besoin de lampe pour être entouré de lumière et chasser toutes tes peurs, tu peux faire naitre toi-même des dizaines d’étincelles… Veux-tu savoir comment ?

Julien :                 Oh, oui, mamie, dis-moi ton secret !

Narrateur :          Alors la grand-mère de Julien s’assit près de lui sur le petit lit douillet. Julien appuya sa tête contre son épaule et elle commença…

Scène 1 : La joie… petite lumière

Mamie :               Raconte-moi Julien… dis-moi d’abord si aujourd’hui quelque chose dans ta journée t’a rendu JOYEUX, si quelqu’un t’a donné du BONHEUR…

Julien :                 Oh, oui, mamie ! Aucun doute… Si tu savais ce qu’on a fait aujourd’hui à la récré !!!

                            Il avait neigé, c’était super ! On a décidé de faire un bonhomme de neige tous ensemble. Pour faire le chapeau, un copain a prêté son bonnet, et un autre son écharpe – il a dit que comme ça il ne prendrait pas froid, et on a éclaté de rire ! Alors la maitresse est arrivée… et elle a dit :

La maitresse :      Oh, il est magnifique ce bonhomme de neige ! Je vous félicite ! Qui a fait ça les enfants ?

Julien :                 On lui a répondu qu’on s’y était tous mis ensemble, les grands et les petits !

                            Et elle a ajouté :

La maitresse :      Ce n’est pas souvent que vous jouez tous ensemble, sans dispute, sans que l’un d’entre vous soit mis à part… n’y aurait-il pas un peu de l’esprit de Noël qui flotterait dans l’air ?… Rentrons maintenant avant que vous ne preniez froid, vous pourrez admirer votre ami par la fenêtre : vous pouvez être fiers de vous.

                                                                                ******

Mamie :               Sais-tu ce que je vois dans tes yeux Julien ? … une petite lumière ! D’où vient-elle d’après toi ?

Julien :                 De la joie que je ressens en repensant à tout ça ? Ou peut-être à cause de l’amitié qu’il y avait entre nous cette après-midi ?

Mamie :               Sans doute un peu de tout ça Julien… La joie, les petits moments de bonheur, l’amitié et l’amour partagés sont autant de lumières qui peuvent éclairer notre quotidien. Mais il est facile de les oublier…

Narrateur :          En ce soir de Noël, nous venons à la rencontre de Celui qui, comme le dit le prophète « fait grandir la joie »… Je repense à une joie que j’ai vécue aujourd’hui… un petit moment d’amitié, un sourire échangé, un bon moment… Je me souviens de cette étincelle de lumière qui peut m’éclairer…

Interlude musical (orgue ou autre)

à Sur un fond musical, on accroche une étoile, ou est écrit : « JOIE »

Scène 2 : Le pardon et la paix… petites lumières

Julien :            Alors le secret, mamie, c’est la joie ? L’amitié qui nous éclaire ?…

Mamie :          Pas seulement Julien, cela ne suffit pas … Dis-moi : es-tu toujours dans la joie ? L’amitié, est-ce toujours aussi facile que cet après-midi autour du bonhomme de neige ?…

Julien :            Non… d’ailleurs en rentrant de l’école je me suis disputé avec Léa ! Mais ça, ce n’est pas un souvenir-lumière !

Mamie :          En es-tu sûr ? Entre frère et sœur je sais bien que ce n’est pas toujours facile mais raconte-moi plutôt toute l’histoire ! …

Julien :            J’ai demandé à Léa de me dire ce qu’elle comptais offrir à maman à noël… Et alors elle a répondu :

Léa :                Alors là, pas question ! L’an dernier tu lui as tout répété et la surprise était gâchée, tu ne sais pas tenir ta langue ! Tu n’es qu’un bébé !

Julien :            Je lui ai dit que ce n’était pas vrai : je ne suis pas un bébé, qu’elle n’avait pas le droit de dire ça ! Qu’elle faisait toujours la maligne parce qu’elle était l’ainée ! Alors ça a fini en bagarre… et je me suis mis à pleurer. C’est alors qu’elle est venue vers moi en disant :

Léa :                Allez, arrête Julien, je suis désolée. Je ne le pense pas, je sais bien que tu es grand maintenant, mais … tu m’as énervée !

Julien              J’ai dit : oui, je sais. Je l’ai fait exprès parce que j’étais vexé que tu ne veuilles pas me dire ton secret pour maman. Tu sais je ne le lui aurais pas répété, promis !

                        Elle ne comprenait pas pourquoi je tenais tant à le savoir… en fait c’était parce que je n’ai jamais d’idée… Enfin… jamais d’aussi bonnes idées qu’elle…

                        Alors elle m’a proposé un truc :

Léa :                Tu sais quoi Julien ? Cette année, que dirais-tu de faire le cadeau pour maman avec moi ?

Je pense qu’il serait deux fois plus joli et que maman serait deux fois plus contente !

Julien :            Alors j’ai pas hésité : super ! On s’y met ?

Mamie :          Ce n’est pas un souvenir-lumière ça ?

Julien :            Ben, pas tout à fait quand même… on s’est disputés !

Mamie :          Réfléchis Julien : est-ce qu’on verrait les lumières s’il n’y avait pas d’ombre, jamais de n                        nuit ?

Julien :            Non… en tous cas on les verrait moins bien…

Mamie :          Dans ta vie il y aura toujours des instants sombres, des moments pénibles mais d’une manière ou d’une autre tu as le pouvoir de rallumer même ces instants très sombres : ce pouvoir c’est le pardon. Il peut faire de grandes choses… Il peut éclairer même les vies les plus noires…

Julien :            Le pardon…

Narrateur :      En ce soir de noël, nous fêtons le « Prince-de-la-Paix »… Celui qui vient apporter la « paix sur la terre aux hommes qu’il aime », comme le chantent les anges aux bergers… Je me souviens d’un pardon donné ou reçu, d’un moment de paix… En ce soir de noël j’accueille de nouveau dans mon cœur la lumière que cet instant a pu susciter au cœur de ma nuit…

à Sur un fond musical, on accroche une étoile, ou est écrit : « PAIX » 

Interlude musical (orgue ou autre)

Scène 3 : La beauté… petite lumière

Julien :            Cette fois-ci, je crois que j’ai compris…: l’amitié et le partage, le pardon et la paix, la joie… en fait ce sont les autres qui nous transmettent leur lumière…

Mamie :          Tu as raison Julien…

Julien :            Mais alors si on est tout seul, on ne peut pas trouver la lumière ?…

Mamie :          Je suis sure qu’il y a plein de moyens de trouver un peu de lumière même si on est très isolé. Je vais t’en apprendre un … souviens-toi : as-tu vu ou entendu aujourd’hui quelque chose de beau ?

Julien :            Oui ! Mon bonhomme de neige ! Et le cadeau pour maman ! Je ne peux pas te dire ce que c’est parce que c’est un secret, mais tu verras, c’est drôlement plus joli que si Léa l’avait fait toute seule ! … Heu, tu lui diras pas que je t’ai dit ça hein ?…

Mamie :          Non mon Julien, je ne dirai rien… Ferme les yeux maintenant… Qu’as-tu vu de beau aujourd’hui ?…

Julien :            – en allant à l’école j’ai vu une maman qui marchait avec un petit bébé très mignon dans ses bras…

– Dans ma classe, un grand a fait un dessin d’un paysage de neige : on a tous fait « waouh » ! …

– Sous le préau à l’école on a installé un sapin de noël décoré : il brille de mille feux.

– En classe la maitresse nous a lu une histoire : l’histoire de Noël. Cela parlait d’un tout petit bébé qui naissait dans une étable, entre un âne tout doux et un bœuf qui soufflait sur lui pour le réchauffer. Nous écoutions tous, émerveillés…

– ce soir avant de me coucher j’ai vu par la fenêtre des milliers d’étoiles…

à On accroche une étoile, ou est écrit : « BEAUTÉ » 

Mamie :          Je peux te laisser maintenant Julien ?

Julien :            Oui mamie, merci, je n’ai plus peur, tu peux éteindre la lampe. Tous mes souvenirs brillent comme des dizaines d’étincelles. Ils sont beaux, ils ont chassé la nuit…

Le narrateur :  En chacun de nous peuvent naitre des dizaines d’étincelles semblables… Il n’y a pas de nuit trop noire pour les empêcher de briller. … A Noël, nous accueillons celui qui est venu nous apprendre à accueillir la lumière en nous et à la transmettre autour de nous, celui qui est « la lumière qui brille dans les ténèbres, et que les ténèbres ne peuvent arrêter », celui « qui éclaire tout homme en venant dans le monde »… 

Conclusion

Nous qui recevons cette lumière, nous sommes invités à la transmettre plus loin.

Nous pourrons le faire concrètement, tout à l’heure, par des bougies à partager… mais nous pouvons le faire aussi maintenant, en remettant ceux et celles qui habitent nos pensées dans la prière.

Pendant la musique qui va suivre, nous allons passer vers vous, et noter les noms de personnes à qui vous pensez, et que vous avez envie de confier à Dieu…

Orgue et récolte des prénoms

Intercession

En ce temps de Noël, beaucoup d’hommes et de femmes se tournent vers toi Seigneur, quêtant un peu de joie. 
A ceux qui te cherchent sans le savoir, à ceux qui t’ont trouvé, accorde la joie de te rencontrer.
Seigneur nous te prions.

En ce temps de Noël, des milliers de chrétiens de toutes confessions célèbrent la naissance du Sauveur à la recherche de paix. 
Pour l’unité de ton Eglise et pour tous les chrétiens qui n’ont pas la liberté de célébrer ton Nom,
Seigneur, nous te prions.

En ce temps de Noël, beaucoup d’entre nous souffrent de la pandémie, avec ses incertitudes, ses sentiments d’exclusion et ses solitudes. Nous avons besoin de beauté. Pour chacunE d’eux et pour ceux(celles) qui témoignent de ta tendresse et de ta beauté en leur apportant de l’aide,
Seigneur, nous te prions.

En ce temps de Noël, tant de nos frères vivent sans toit ni bagages. 
Pour les migrants, les peuples qui fuient la guerre, le terrorisme, la dictature, sois la Lumière qui éclaire leur nuit.
Seigneur nous te prions.

En ce temps de Noël, tant de visages nous apparaissent, marqués par la souffrance, le deuil, la maladie, la peur, le doute. Nous te les remettons : 
Seigneur nous te prions et te les remettons.

Lire les prénoms « récoltés » avant… Amen

Chant avec l’assemblée

Alléluia 32-23 p.374 : Ô nuit bienveillante

Notre Père

Annonces

Chant avec l’assemblée

Alléluia 32-22 p.372 : Ô peuple fidèle

Bénédiction

Que le Dieu de paix et de lumière
soit et demeure avec vous toutes et tous,
le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
Amen

Orgue, sortie, offrande, distribution des bougies